Ping-pong – 4.2 Adaptation

pp130 pp131 pp132 pp133 pp134 pp135

J’en veux!

À propos de zviane

J'aime le blé d'inde.
Ce contenu a été publié dans Ping-pong. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

8 réponses à Ping-pong – 4.2 Adaptation

  1. Bonnet dit :

    C’est marrant aussi comment la manière de tenir un crayon joue sur le dessin. Par exemple, on remarque que les gauchers contrariés ont tendance à courber leur main vers eux et la poser bien à plat. Mais le plus fun, c’est qu’ils ont par conséquent un encrage vachement plus propre et soigné.
    Je me demande si une étude a déjà été faite sur le sujet, ça peut être rigolo. Après, ça reste des grosses généralités.

  2. Kenji dit :

    Je pense qu’en réalité c’est plus facile qu’on le croit. A la guitare j’ai décidé de changer de façon de tenir mon médiator parce que je n’arrivais pas à jouer assez rapidement pour faire ça https://www.youtube.com/watch?v=U4GXNzom6ik . Oui effectivement, au début c’est horrible, j’étais obligé de me scotcher les doigts pour ne pas reprendre ma position instinctive. Et puis au final je joue tout avec comme je l’ai réappris (ça a remplacé mon ancienne façon de faire) et c’est beaucoup plus efficace et moins fatiguant.

    Après, il serait intéressant de réfléchir si il faut garder les défauts comme constitutifs du style. Et donc : est-ce qu’on ne risque pas de s’uniformiser en jouant tous de la manière la « mieux » (plus efficace moins fatiguante).

    (En ce qui me concerne : j’ai eu besoin de changer car sinon j’étais incapable de faire ce que je voulais faire, et : non, je ne joue pas de manière moins intéressante depuis lors, au contraire.)

  3. Lisa_Mona dit :

    Ceci dit, tant qu’à choisir de changer sa tenue de crayon, aussi bien changer pour quelque chose de plus ergonomique.

    Je comprends parfaitement l’acharnement, je suis gauchère aussi, et je me suis fréquemment fait plein d’excuses. J’ai remarqué avec le temps par contre que faire une dissertation de 2h en classe, ça me donnait des crampes horribles au bras.

    J’ai donc décidé de changer progressivement ma méthode de prise de crayon. Au début, pas tout le temps, parce que c’est chiant. Quand j’écrivais des messages téléphoniques, par exemple, et que ça ne dérangeait pas que j’écrive moins bien/plus lentement.

    Puis de plus en plus, alors je peux maintenant presqu’écrire de la bonne façon la majorité du temps.
    C’est effectivement ardu, et je me rend rarement au bout de ces initiatives-là, mais là je pense que sur plusieurs années, ça a donné des fruits.

    La dame ici le montre relativement bien (bon, elle est vieille et parle super lentement, mais c’est intéressant parce qu’elle mentionne aussi que la partie « comment placer le papier » est importante): https://www.youtube.com/watch?v=fRk_t49dZ2Q

    Bonne chance!

  4. greygjhart dit :

    Alors comme ça les dessinateurs aussi connaissent ça ? Pour un programmeur l’équivalent c’est de changer de disposition de clavier : qwerty, bépo, azerty ou d’essayer un autre éditeur de texte avec des raccourcis différents : )

    Je trouve que ça vaut toujours le coup d’essayer de nouvelles manières, ne serait-ce que pour exercer sa «souplesse cérébrale». Mais pourquoi se «donner un coup de pied au cul» ? Soit t’es vraiment curieuse d’essayer d’autres trucs différemment, soit pas assez pour le faire pour de bon et dans ce cas c’est pas grave. C’est peut-être juste que t’as pas envie de perdre ce temps-là. Et c’est ton droit : )

  5. zviane dit :

    « Soit t’es vraiment curieuse d’essayer d’autres trucs différemment, soit pas assez pour le faire pour de bon et dans ce cas c’est pas grave. »

    Ça peut être grave. Il y a des épidémies assez menaçantes de tendinites et de maux de dos chez les dessinateurs dans mon milieu, parfois c’est essentiel de changer sa position; on parle ici du risque de devoir arrêter de dessiner pour le restant de ses jours, on déconne pas avec ça…

  6. greygjhart dit :

    Pardon c’était cave mon commentaire d’amateur.
    T’as l’air pas mal décidée à changer ta position pour dessiner, mais je crois pas que t’y arriveras tant que tu le verras justement comme «une étape», un truc pour lequel il y a besoin de se mettre un coup de pied au cul. En vrai, changer de condition pour travailler c’est plutôt le fun : c’est même le plus redoutable prédateur du temps libre d’un développeur moyen. Ayant encore un vocabulaire limité, au début «rushant» je l’avais compris comme «grisant». Et je t’assure que ça avais du sens.

  7. Jacques C dit :

    C’est marrant, parce que je viens d’expérimenter ce phénomène pas plus tard qu’hier. Rien de bien passionnant en soi, me direz-vous, si je me contente de dire « oh moi aussi ». Si j’en témoigne ici, c’est pour dire que ça peut être ultra-rapide.

    Il y a 10 jours, j’ai décidé de rejouer un morceau à l’accordéon que je n’avais plus joué depuis 8 ou 9 ans. En le reprenant, je me suis rendu compte qu’une cellule * passait mieux en étant jouée avec un autre doigté que celui qui me revenait machinalement. Lorsque j’ai travaillé ce morceau avec ce nouveau doigté, je me plantais régulièrement sur ce passage qui « heurtait » ma reprise-réflexe. Ça a duré… un jour : la première séquence de travail. Pas moyen d’enchaîner puisque je suis parti plusieurs jours sans mon accordéon. Je l’ai repris hier. J’ai rejoué ce morceau – avec le nouveau doigté. Que pensez-vous qu’il arriva ? Aucun souci. Naturel. Évident.

    Tout ça pour dire que ça peut aller trèèèèès vite. En l’occurrence : une séquence à jouer avec un nouveau doigté, une dizaine de jours sans toucher l’instrument, et hop, séquence suivante (avec l’effet bien connu de l’ancrage sans jouer) c’était déjà acquis et naturel ! J’avoue que j’étais quand même surpris de voir que j’avais déjà intégré le nouveau doigté après une seule séquence de mise en place. Mais comme quoi…

    * En musique trad, il est plus pertinent de parler de « cellules » que de « mesures », car les mesures sont un découpage arbitraire et intellectuel qui ne correspond souvent à rien de concret dans la dynamique du morceau, alors que les « cellules » correspondent à un segment de phrase cohérent et isolable ; d’ailleurs on pourrait (on devrait !) faire pareil en musique savante occidentale, mais hein, ça choquerait tous les conservatismes et snobismes afférents ;-).

  8. charles dit :

    ton blog est très inspirant et très bien dessiné. C’est vraiment très généreux de ta part de publier tout ça ! J’espère que tu vas continuer longtemps, c’est nourrissant :-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.